2023

Partager ses sources en études aréales : outils et méthodes des humanités numériques

du 3 au 7 juillet 2023

Université de Strasbourg

Modalités d’inscription

Les inscriptions sont closes.

Programme

Les séances plénières se tiennent au Collège doctoral européen.

Les ateliers se déroulent tous dans le bâtiment attenant, la Maison des sciences de l’homme d’Alsace (MISHA).

Pour chaque session, des ateliers de différents niveaux seront proposés :

  • non initié en salle Asie (n°215)
  • confirmé en salle Afrique (n°115)
  • avancé en salle Amériques (n°265)

Les pauses cafés se tiennent dans le Hall du Collège doctoral européen, les pauses déjeuner et cocktail apéritif dans le Jardin intérieur du Collège doctoral européen.

L’ensemble est accessible depuis le boulevard de la Victoire, au niveau de l’arrêt de tramway Observatoire.

Voir en plein écran


Lundi 3 juillet

16h30-17h Accueil des participants dans le Hall du Collège doctoral européen

17h-17h45 Visite de la future bibliothèque des langues orientales à Strasbourg

18h-19h30 Conférence inaugurale : “Mondes transmués à l’ère numérique. Modélisation et maquettisme en archéologie égyptienne” — Amphithéâtre du Collège doctoral européen

Frédéric Colin (USIAS, Université de Strasbourg)

Mardi 4 juillet : “Déposer”

9h-10h30 Conférence : “Travailler sur la Syrie: l’enjeu de la préservation des sources numériques. Retour sur le projet https://syria-lexicon.pubpub.org/ — Amphithéâtre du Collège doctoral européen

Emma Aubin-Boltanski (CéSor) et Jean-Christophe Peyssard (Médiathèque de la MMSH)

10h30-11h Pause café

11h-13h Ateliers (au choix)

1. Sources, archives et données venues d’ailleurs : état des lieux et enjeux éthiques et juridiques — MISHA – salle Asie

Vanessa Guéno (IREMAM) et Coline Lefrancq (CESAH)

Cet atelier propose un état des lieux des termes et des enjeux éthiques et juridiques en proposant des situations concrètes. La question du dépôt sera  incluse dans une temporalité plus large (du dépôt de projet, par exemple, au dépôt des données nativement numériques ou non). Une discussion avec le public autour de leurs propres expériences, difficultés et besoins sera engagée… Il sera possible de faire le point collectivement des questions à se poser en amont du projet voire tout au long de ce dernier en conformité au plan de gestion de données pensé selon les contraintes imposées par des terrains empêchés, sensibles ou encore à hauts risques.

2. Identifier les différents entrepôts de données disciplinaires en France et à l’international : choix, outils et problématiques associées — MISHA – salle Afrique

Paolo Lai (INIST)

Cet atelier se propose de présenter les différents entrepôts de données et leurs caractéristiques afin de comprendre les problématiques liées au choix d’un entrepôt  en SHS (principes FAIR, modération, types de données prises en charge, formats, certification…) et les éventuelles particularités des travaux dans les études aréales. Les outils existants permettant d’identifier les entrepôts seront testés (annuaires re3data par exemple) et commentés.

3. Verser en lots dans Nakala — MISHA – salle Amériques

Shueh-Ying Liao (MSH Paris-Saclay)

NAKALA est une plateforme de stockage dédiée aux données de recherche. Cette plateforme offre un entrepôt conçu pour garantir la disponibilité, la traçabilité et la gestion à long terme de ces données. Pour assurer cette traçabilité, NAKALA utilise des identifiants DOI (Digital Object Identifiers).

Dans le cadre de cet atelier, les participants auront accès à un tutoriel guidé et à un code d’exemple, qui illustre les concepts clés et les interactions avec l’API de NAKALA. Ce tutoriel fournira des instructions pas à pas, des extraits de code et des explications détaillées pour garantir une compréhension complète de chaque point abordé. À l’issu de la l’atelier, les participants acquerront une expérience pratique dans l’utilisation de l’API de NAKALA. Ils seront ainsi capables de créer des collections, de téléverser des fichiers, de créer des entrées de données dans plusieurs langues et d’associer des jeux de données à des collections.

Un nouveau code en développement sera également présenté et ouvert aux tests. Ce code facilitera le choix entre la création d’une nouvelle collection et la mise à jour d’une collection existante. Il permettra également l’association d’un jeu de données à plusieurs fichiers.

Afin de profiter pleinement de l’atelier, il est recommandé aux participants de lire à l’avance le tutoriel intitulé « Utilisation de l’API Nakala dans le cas de versement des données par lot » et d’installer Jupyter Notebook via Anaconda.

13h-14h30 Pause déjeuner

14h30-16h30 Ateliers (au choix)

1. “Les ateliers de la donnée” : Présentation du dispositif et focus sur l’accompagnement à la rédaction d’un DMP — MISHA – salle Asie

Stéphanie Cheviron (Bibliothèques de l’Université de Strasbourg)

L’écosystème Recherche Data Gouv a été lancé en juillet 2022 avec l’ouverture de l’entrepôt national pluridisciplinaire de données scientifiques et la labellisation des premiers ateliers de la donnée. Pensés comme des guichets uniques de proximité, les ateliers ont pour missions de former, d’informer et d’accompagner le personnel scientifique sur les problématiques liées aux données et autres produits de la recherche. Après la présentation de ce dispositif en construction, nous aborderons l’un des domaines d’intervention principaux des ateliers de la donnée : le plan de gestion des données en pratique.

2. Cocoon : Un entrepôt pour des corpus oraux— MISHA – salle Afrique

Michel Jacobson (Huma-Num)

Dans cet atelier, après un passage en revue des différentes fonctionnalités de l’entrepôt Cocoon, nous utiliserons l’interface d’administration pour y déposer et décrire des enregistrements audio ou vidéo accompagnés ou non d’annotations. Ses ressources seront regroupées pour former des collections elles-mêmes à décrire. Vous pouvez apporter vos propres données afin de travailler sur des données réelles que vous connaissez bien. Dans ce cas là, ne prévoyez de travailler que sur un court extrait pour éviter à la fois la dispersion et d’éventuelles lenteurs du débit Internet que nous aurons. Vous disposerez tous d’un compte provisoire sur la plateforme. Les données déposées pendant l’atelier seront effacées à l’issue de celui-ci.

3. Préparer ses données pour Nakala— MISHA – salle Amériques

Victoria Le Fourner (BULAC)

Respecter les exigences de la science ouverte nécessite le plus souvent pour un chercheur ou une équipe de recherche de déposer ses données dans un entrepôt à l’issue du projet. Cet atelier, centré sur Nakala, entrepôt de données pour les sciences sociales, a pour but d’expliquer les bonnes pratiques de la préparation de données. Pour cela, les participants seront amenés à comprendre les différents types de métadonnées existants,à maîtriser la granularité des informations saisies et à choisir la qualification la plus adaptée. Pour cet atelier, les participants travailleront en groupe sur des exemples aréalistes pour préparer le dépôt sur Nakala.

17h-21h Visite du musée Vodou et cocktail dînatoire

Mercredi 5 juillet : ” Enrichir les publications en ligne”

9h-10h30 Conférence : “Exploitation numérique et scientifique des archives du théoricien de l’ornement Jules Bourgoin (1838-1908)” — Amphithéâtre du Collège doctoral européen

Christophe Eckes (Archives Henri-Poincaré), Pierre Willaime (Archives Henri-Poincaré) et Loïc Jeanson (Université de Lausanne)

L’objectif de cette intervention est de présenter dans ses grandes lignes un projet d’exploitation et de valorisation scientifique des archives du théoricien de l’ornement Jules Bourgoin. Une partie substantielle des archives Jules Bourgoin est conservée à la bibliothèque de l’Institut nationale d’histoire de l’art (INHA). Ce fonds, composé de nombreuses notes manuscrites et d’une volumineuse iconographie, documente les missions qu’il a accomplies notamment en Égypte ou en Syrie et il contribue à reconstituer la genèse de ses ouvrages au premier rang desquels nous pouvons citer Les arts arabes (1868-1873). Les archives Bourgoin permettent en outre d’identifier les nombreuses sources scientifiques sur lesquelles il s’est appuyé pour développer ses réflexions théoriques sur les arts d’ornements. Dans une première partie, nous reviendrons sur les choix que nous avons opérés pour numériser une sélection des archives Bourgoin – qu’il s’agisse de notes de lecture, de planches scientifiques reproduites par ses soins à main levée ou de motifs ornementaux liés à son imaginaire scientifique. Dans une deuxième partie, nous présenterons l’architecture d’ensemble du site Omeka S que nous avons créé pour permettre l’exploitation des documents ainsi numérisés. Enfin, dans une troisième partie, nous aborderons quelques études de cas permettant de souligner les usages qui peuvent être faits des outils numériques Omeka S et IIIF dans l’exploitation de documents comportant des notes manuscrites et des éléments d’ordre iconographique.

10h30-11h Pause café

11h-13h Ateliers (au choix)

1. Gérer collaborativement les données d’un corpus ou d’un projet 3D et les donner à voir avec ArcheoGRID — MISHA – salle Asie

Sarah Tournon (plateforme Archeovision Archéosciences Bordeaux)

ArcheoGRID est une application web hébergée par Huma-Num qui permet de rassembler et gérer la documentation d’un corpus ou d’un projet contenant de la 3D afin de préparer au mieux la création de modèles 3D dans le cas d’un projet mais aussi l’exposition, la publication et la conservation des données d’un corpus ou d’un projet. L’atelier sera l’occasion de découvrir différentes fonctionnalités d’ArcheoGRID en manipulant les données et métadonnées : ajout de nouveaux documents, enrichissement de ces documents avec des métadonnées, indexation par mots-clés issus de thesaurus, création de collections et annotation d’images en particulier.

2. Préparer et enrichir ses données avec TACT — MISHA – salle Afrique

Elisabeth Greslou (Litt&Arts) et Anne Garcia-Fernandez (Litt&Arts)

TACT est une plaforme ouverte dédiée à la transcription, la correction et l’annotation de corpus textuels. Au cours de l’atelier, nous présenterons TACT et ses fonctionnalités et montrerons comment l’utilisation de la plateforme s’inscrit dans une chaîne de traitement du matériau initial vers la publication. Une mise en pratique sera proposée à tous les participants.

3. Les manifestes IIIF et l’interopérabilité des standards — MISHA – salle Amériques

Florence Perret (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

IIIF (International Image Interoperability Framework) est un cadre d’interopérabilité dédié aux documents multimédia sur le web. Ce modèle permet de diffuser, présenter et annoter des images, des fichiers audio et vidéo. Nakala, l’entrepôt de données développé à l’IR* Huma-Num pour les SHS, propose un certain nombre de services basés sur l’implémentation de IIIF. Lors de cet atelier nous verrons les enjeux et le fonctionnement de IIIF, comment IIIF est implémenté dans Nakala et quelle utilisation de cette implémentation peut être faite par les usagers de Nakala. 

Prérequis : avoir quelques bases sur le fonctionnement de Nakala ou d’un autre entrepôt de données.

13h-14h30 Pause déjeuner

14h30-16h30 Table ronde : “Quel partage des rôles pour la publication enrichie des textes ?” — Amphithéâtre du Collège doctoral européen

Avec la participation d’Elisabeth Greslou (Litt&Arts), Benjamin Guichard (BULAC), Jean-Christophe Peyssard (Médiathèque de la MMSH) et Rosanne Wingert (BNUS)

Animée par Marie Bizais-Lillig (Université de Strasbourg)

La numérisation de documents anciens et l’édition critique sur support numérique de sources primaires constituent une étape essentielle en vue de l’exploration outillée des sources historiques. L’une s’inscrit généralement dans le périmètre d’activité des bibliothèques, tandis que l’autre est un produit de la recherche, traditionnellement publié par des éditeurs. Le lien fort qui unit ces deux activités dans le cadre des humanités numériques rebat-il les cartes ? Quelles sont les responsabilités qui incombent aux institutions patrimoniales, aux laboratoires, consortiums et autres structures de recherche, ainsi qu’aux éditeurs dans l’archivage, la mise en page, la publication et le maintien de l’accessibilité des images et des textes ? Quelles sont les compétences nécessaires à ce travail et où se trouvent-elles ? Telles seront les questions abordées pendant cette table ronde.

17h30-18h30 Visite de la BNU de Strasbourg

19h-21h Dîner

Jeudi 6 juillet : “Rendre accessible”

9h-10h30 Conférence : “Réunir, diffuser, valoriser des archives sur le patrimoine archéologique nord-africain : la plateforme NAHAN” — Amphithéâtre du Collège doctoral européen

Agnès Tricoche (AOROC) et Stéphanie Satre (Centre Camille Jullian)

NAHAN (North African Heritage Archives Network) est un réseau d’institutions européennes et nord-africaines possédant des documents d’archives sur le patrimoine et les sites archéologiques d’Afrique du Nord. Sous l’égide de l’ICCROM (International Centre for the Study of the Preservation and Restoration of Cultural Property), son objectif est de mettre en place une plateforme web multilingue en accès libre pour rassembler virtuellement et ainsi valoriser, de façon centralisée et mutualisée, des fonds d’archives nativement numériques ou numérisés, conservés par chaque institution.

La plateforme, élaborée en partenariat entre le laboratoire AOROC et le CCJ, n’a pas vocation à constituer un lieu de stockage des documents ni à se substituer aux bases de données déjà en place localement : il s’agira d’un service de moissonnage et d’accès commun à des jeux de données et de métadonnées, au départ de différents serveurs et entrepôts gérés par les institutions, souvent préexistants au projet. Face à l’inévitable hétérogénéité des systèmes et modes d’indexation, l’un des enjeux majeurs est de réussir la normalisation des ressources exposées sur la plateforme NAHAN, pour garantir la qualité d’interrogation, de consultation et de réutilisation, conformément aux principes FAIR. Un autre objectif pour cette plateforme est de valoriser les fonds et les structures dont ils sont issus. D’abord en facilitant l’exposition sur le web d’archives déjà publiées ou inédites, via une infrastructure numérique clé-en-main. Ensuite, en permettant aux institutions de demeurer responsables des données dont elles sont dépositaires dans NAHAN (en termes de propriété intellectuelle, de gestion des droits et de qualité des contenus) et en renvoyant vers la source primaire des documents.

10h30-11h Pause café

11h-13h Ateliers (au choix)

1. L’enjeu des métadonnées — MISHA – salle Asie

Régis Witz (MISHA)

Cet atelier propose de revenir sur la notion de base de métadonnée. Il rappelera les périmètres respectifs et les enjeux d’une métadonnée, d’une donnée, d’un standard de métadonnées, d’une ontologie. Quelques exemples seront abordés pour illustrer ces concepts, et étudier de quelle manière les métadonnées peuvent influer directement sur le destin du projet auquel elles se rapportent. L’atelier s’achèvera par une discussion pragmatique sur la manière de les utiliser dans votre projet.

2. L’enjeu des référentiels : la trajectoire de Pactols — MISHA – salle Afrique

Blandine Nouvel (Centre Camille Jullian)

Cet atelier a pour objectif de montrer comment la mutation du thésaurus documentaire multilingue Pactols en un référentiel inscrit dans le web participe à l’interopérabilité des ressources en archéologie. Transformer un thésaurus documentaire, limité à une fonction bibliothéconomique en un outil du web utile à une communauté élargie, passe par plusieurs étapes techniques, sémantiques et lexicales où l’aspect humain tient une grande part. Son appropriation par la communauté est un enjeu essentiel dans un environnement scientifique ouvert.

13h-14h30 Pause déjeuner

14h30-16h30 Les humanités numériques par aire (au choix)

1. Projets numériques en études asiatiques — MISHA – salle Asie

Toutes les personnes présentes à l’école d’été qui travaillent sur l’Asie sont les bienvenues à cette session.

2. Projets numériques en études africaines — MISHA – salle Afrique

Toutes les personnes présentes à l’école d’été qui travaillent sur l’Afrique sont les bienvenues à cette session.

3. Projets numériques en études arabes — MISHA – salle Amériques

Toutes les personnes présentes à l’école d’été qui travaille sur les mondes musulmans et le Moyen Orient sont les bienvenues à cette session.

17h30-19h00 Conférence conclusive : Pangloss, collection d’archives orales en partage— Amphithéâtre du Collège doctoral européen

Alexis Michaud (LACITO)

La collection Pangloss (pangloss.cnrs.fr), hébergée par la plate-forme Cocoon [présentée lors de l’Atelier n°2 du mardi 4 juillet après-midi], est une archive ouverte de langues rares. Elle donne accès à des données orales accompagnées, dans toute la mesure du possible, de l’appareil philologique indispensable pour leur utilisation : transcription, traduction, et annotations spécialisées. Afin de donner un aperçu aussi complet que possible de la dynamique du projet, l’exposé adoptera successivement trois points de vue. En premier lieu, la fonction que remplit cette collection, dans un contexte global d’érosion rapide de la diversité linguistique et culturelle, et sur la base du constat d’une déperdition massive des données de la recherche. On abordera, dans cette perspective, le positionnement du projet au sein du « réseau métier » national et international, dans le contexte d’une transition vers la Science ouverte. En second lieu, le fonctionnement de la collection Pangloss : les choix techniques (autour de formats ouverts et de logiciels libres), la chaîne de traitement des documents, et surtout l’organisation d’une équipe pluri-métiers qui travaille en étroite collaboration avec les déposant·e·s et au contact du public. Enfin, seront abordés les nombreux bénéfices du dépôt en archive ouverte : pour la qualité des recherches – qui s’inscrivent dès lors dans une logique de progrès cumulatif – et le renouvellement des problématiques (notamment en dialogue avec les outils d’apprentissage profond) ; pour l’enrichissement progressif des corpus ; et pour une liste ouverte d’usages à forte « valeur ajoutée soci(ét)ale » (médiation scientifique, mise à disposition à des fins de revitalisation des langues). Au fil de l’exposé seront évoqués divers acteurs du domaine : outre Cocoon et Huma-Num, il sera notamment question de l’Institut des langues rares (ILARA-EPHE) et du Groupement de recherche « Linguistique informatique, formelle et de terrain (GDR LIFT).

19h-20h Cocktail

Vendredi 7 juillet : Réunion des membres du consortium HN distam

9h-10h30 Réunion des groupes de travail (GT1 à 3) (au choix)

GT1. Encodage, publication et fouille de corpus textuels en graphies non-latines — MISHA – salle Asie

Toutes les personnes présentes à l’école d’été qui s’intéressent à l’édition et à l’exploration de corpus sont les bienvenues à cette session.

GT2. Signalement numérique pérenne et enrichi des ressources documentaires en études aréales — MISHA – salle Afrique

Toutes les personnes présentes à l’école d’été qui s’intéressent aux référentiels, aux métadonnées et aux modalités de signalement de ressources documentaires sont les bienvenues à cette session.

GT3. Exposition de données visuelles, spatiales, sérielles enrichies — MISHA – salle Amériques

Toutes les personnes présentes à l’école d’été qui s’intéressent à la géolocalisation et aux données visuelles sont les bienvenues à cette session.

10h30-11h Pause café

11h-13h Assemblée générale

13h-14h30 Pause déjeuner

14h30-16h30 Réunion du bureau



Citer ce billet
Marie Bizais-Lillig (2023, 14 avril). 2023. DISTAM. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/npbd

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search