Accompagnement numérique DISTAM, mode d’emploi

Chaque année, le consortium DISTAM propose d’accompagner méthodologiquement et financièrement des acteurs de la recherche dans leur montée en compétences dans le domaine des humanités numériques. Cet accompagnement est ouvert aux porteurs de projets, chercheurs en poste, jeunes docteurs et doctorants.

Le projet doit s’inscrire dans le périmètre scientifique du consortium, les études aréales sur les mondes asiatiques, africains et moyen-orientaux (sciences humaines et sociales s’appuyant sur des corpus de sources collectées ou produites sur ces terrains).

Quels sont les objectifs ?

Le principe de l’accompagnement numérique est d’aider à la transformation d’un jeu de données pour permettre sa réutilisation, son archivage, une exploitation numérique avancée ou sa publication. La démarche s’inscrit dans les principes FAIR (Facile à trouver, accessible, interopérable, réutilisable) de la science ouverte. Il s’agit d’assurer l’exposition, la citabilité, la pérennité et l’interopérabilité du jeux données qui sont ainsi mis à disposition de la communauté scientifique pour une possible réutilisation.

Le jeu de données peut prendre la forme d’un corpus (textes, images, sources orales) ayant fait l’objet d’un traitement intellectuel (description, transcription, annotation, etc.), d’un ensemble de données descriptives structurées (métadonnées associées à un référentiel), de données brutes organisées en base de données, etc. L’organisation et l’outillage numérique de ces données peut présenter des difficultés techniques (formats, outils, encodage), juridiques ou scientifiques pour lesquelles le porteur de projet souhaite un accompagnement externe.

L’accompagnement peut également consister à identifier et mettre en œuvre une chaîne de traitement, à partir d’outils existants, pour assurer l’outillage et l’exposition d’un jeu de données : sauvegarde de données depuis un logiciel, conversion de formats propriétaires en formats ouverts, alignement et modélisation de données, etc.

En quoi consiste l’accompagnement

Une première étape consistera en une phase d’analyse et de précision du projet, avec un membre du consortium, choisi en fonction de la nature du besoin, pour élaborer la démarche à suivre et évaluer le coût de l’opération.

Les dépenses peuvent couvrir le paiement d’une prestation ou, pour les chercheurs sans affiliation institutionnelle (jeunes docteurs notamment), une rémunération du travail accompli sous forme de vacations.

Le budget de chaque résidence doit être compris entre 1 500 et 10 000 euros.

La durée de l’accompagnement numérique peut s’étaler entre 1 et 7 mois.

Ce que ne permet pas l’accompagnement numérique DISTAM

L’accompagne numérique cible le partage d’un jeu de données. Il ne prend pas en charge :

— un travail de collecte de données ;

— la rédaction d’un dossier de candidature pour un projet, la rédaction d’un plan de gestion de données ;

— la publication sous forme de site web ou le financement d’une publication scientifique ;

— l’achat de licences ou le paiement d’abonnements à des outils.

Quels sont les engagements du bénéficiaire ?

Chaque projet doit aboutir à la publication d’un jeu de données ouvert et réutilisable dans un entrepôt de confiance.

Si un développement logiciel ou le code de traitement automatisés sont réalisés dans le cadre du projet, ces réalisations seront exposées et documentées sur une plateforme de partage de code.

La méthodologie suivie au cours du projet peut également être documentée sous la forme d’un article de données (data paper) ou de la modélisation d’une chaîne de traitement sur la plateforme SSH Open MarketPlace.

Les outils de l’infrastructure Huma-Num seront privilégiés autant qu’utile.

En terme de communication, le projet fera l’objet d’une double exposition sur le carnet de recherche du consortium Distam :

— au lancement du projet, avec l’exposition de la problématique scientifique et technique, des objectifs et de la méthode envisagée ;

— à la clôture du projet, en présentant un bilan de l’opération, des pistes pour une réutilisation de la méthode ou des données, son apport pour le projet personnel du candidat, le lien vers les dépôts et publications effectués.

Comment candidater ?

Toute personne intéressée est invitée à prendre contact avec la direction collégiale de Distam et de préciser autant que possible les contours et les modalités de mise en œuvre de la résidence envisagée :

— présentation scientifique du projet, de son terrain et de son corpus

— nature des données et des problèmes techniques rencontrés (en précisant autant que possible les formats, les outils utilisés, le mode de stockage de ces données, leur statut juridique, etc.)

— objectifs en termes d’exposition et d’exploitation des données (en précisant autant que possible les langues, les outils, les entrepôts et les référentiels envisagés)

— méthode envisagée, besoins financiers identifiées.

Les demandes d’accompagnement seront analysées et sélectionnées par le bureau du consortium Distam



Citer ce billet
DISTAM (2024, 27 mai). Accompagnement numérique DISTAM, mode d’emploi. DISTAM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q2x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search